Le véhicule

Choix du véhicule :

Sujet largement traité par plusieurs voyageurs, sujet sans réponse si ce n’est que le véhicule parfait n’existe pas. Le choix du véhicule doit être fait en fonction des besoins des voyageurs et bien sûr de leur budget. L’éventail ne manque pas, mais le plus important c’est de bien déterminer ses besoins en fonction des lieux que l’on veut visiter. Il faut bien sûr tenir compte de l’autonomie en carburant, la fréquence des ravitaillements (eau propre et gaz propane), véhicule pour route ou piste, disponibilité des pièces en cas d’avarie et facilité de réparation.

En ce qui nous concerne, nous voulions un véhicule avec :

  • couchage pour 4 personnes;
  • bonne autonomie de route (±500 km);
  • Économie d’essence;
  • Disponibilité du véhicule sur le territoire visité pour faciliter les réparations éventuelles;
  • Motorisation fiable;
  • Pouvant s’éloigner quelque peu des routes pavées sans nécessité d’un 4×4;
  • Dimension physique;

 

Même si la liste de points est courte, la liste de véhicules disponibles au Canada en est tout autant. Un choix de motorisation s’est vite imposé : Mercedes Sprinter 2,5L 5 cylindre. Cette motorisation est disponible sur le territoire sud-américain, consomme peu (15L/100km vs 25L/100km pour un comparable avec motorisation américaine). La dernière année que Mercedes a utilisé ce type de moteur sur un Sprinter nord-américain était en 2006.

 

De plus, ce type de motorisation n’a ni filtre à particules, ni système catalytique, ni même d’antipollution à base d’urée. Cette notion est très importante lorsqu’on envisage une virée dans des pays où la teneur en soufre contenue dans le diesel dépasse les normes nord-américaines et européennes. En effet, les systèmes antipollution récents réagissent très mal lorsqu’ils sont exposés à une mauvaise qualité de carburant. Colmatant les filtres à particules, système catalytique et même la valve de recirculation des gaz (valve EGR). Outre l’antipollution, la forte teneur en soufre impacte aussi la motorisation, colmatant plus rapidement le préfiltre à diesel et surtout détériorant la qualité de l’huile lubrifiant le moteur. Il faut donc réduire de moitié la période requise par le manufacturier.

Une fois la motorisation déterminée, voulant un camping-car, nous avons fait notre choix pour un Winnebago View de 7,5 m sur 2,5 m porté par un Mercedes Sprinter 2,5L 5 cylindres, 2005 (moteur connu sous les appellations : OM647 981 ou 416CDI). Notre monture avait environ 40 000 km au compteur au moment de l’achat, ce qui est très peu pour ce type de moteur.