Au bout de la route

 

 

 

C’est avec une grande frénésie que nous parcourons nos 400 derniers kilomètres en direction sud. Les enfants ont les yeux rivés au GPS qui montre la distance à parcourir.

Soudain, tel un rappel à l’ordre, un bruit se fait entendre dans le compartiment moteur. Un sifflement intense lors de chaque accélération. Selon le son distinctif du turbo, Yanic pense immédiatement à une fuite de pression sur celui-ci. On s’arrête rapidement afin de constater la cause du sifflement. Aussitôt le capot relevé, Yanic constate que le tuyau entre le turbo et l’inter-cooler est fendu. Ne pouvant réparer sur le côté de la route, nous reprenons la route, sans turbo et les 90km nous séparant de la prochaine ville.

Chanceux dans notre mal chance, il y a un concessionnaire Mercedes dans cette ville! Mais cela n’est pas si simple … la pièce de remplacement ne fait que sur les Sprinters Argentins et non sur les nord-américains comme le notre. Le commis aux pièces part donc, en courant, vers un garage voisin avec notre tuyau fissuré et Yanic le suit. Le garagiste propose une réparation avec un colle epoxy. Selon lui, cela devrait tenir. Afin d’avoir une solution de rechange si la réparation ne tient pas, Yanic achète tout de même la pièce de remplacement argentaine.

 

 

 

Une fois le tout réparé, nous reprenons la route vers Ushuaia. Nous devons nous arrêter car la nuit tombe. Au matin du 20 février, après 242 jours de voyage, nous atteignons enfin notre destination australe. Ushuaia, la tant espérée, la tant rêvée est enfin atteinte. Toute la famille est ravie en apercevant l’entrée de la ville.

 

Des castors canadiens en plus!

 

 

Depuis tant d’années nous pensions à cette destination, sans trop savoir si elle était réellement atteignable. Nous y rêvions et finalement nous y sommes! C’est sur-réel… Quelle fierté et bonheur d’avoir réaliser cet objectif tous ensemble, avec nos enfants!

Lorsque l’on atteint un grand objectif dans la vie, il faut fêter ça! Pour cela, nous avons préparé un succulent repas  (Terrine de canard aux morceaux de foie gras, saucisson, tapenade maison d’artichaut et fromage). De plus, nous avions apporté de la maison, une bouteille de champagne. Le coeur à la fête, nous passons une très agréable soirée.

 

Elle préfère tout de même le jus de fruits!
DSL du contre-jour.

 

 

Même si Ushuaia est la ville la plus au sud du monde, la route ne se termine pas là. Au lendemain de notre arrivée, nous parcourons les 24 derniers kilomètres de route afin d’atteindre la fin du monde (ou le début, on ne sait pas).

 

 

 

 

À ce moment, Yanic fait le calcul officiel de la distance parcourue depuis la maison. À son étonnement, trois cervaisons et une seule panne, le calcul s’arrête à 25 334km.

 

De Rimouski…
…À Ushuaia (en Miles)

 

 

 

À ce point, il n’y a plus de route et nous parcourons donc les deux kilomètres restants à pied dans le Parque National Tierra del Fuego et atteignons le bout du bout, le plus loin que nous pouvons aller. À ce point, nous sommes à environs 130 km du Cape Horn, l’extrémité sud de l’Amérique.

 

 

 

 

À présent, la seule chose qu’il nous reste à faire est de tourner les talons et prendre la route vers la maison. Après tout, nous ne sommes qu’à mi-chemin de notre voyage!

Ainsi, nous retournons à Ushuaia afin de profiter du cadeau de Noël que Claude, le papa de Yanic, a offert aux trotteux. En bon Rimouskois que nous sommes, nous ne pouvions pas manquer une saison de crabes.  Nous nous régalons donc d’un (1) crabe de deux (2), oui oui, 2 kilos!

 

 

 

À partir de maintenant, nous nous rapprochons de la maison, mais on ne sait pas encore par quel chemin nous y parviendrons!

 

 

 

Notre route:

 

 

 

Notre route globale en Amérique du Sud:

 

 

 

 

 

8 commentaires à propos de “Au bout de la route

  1. Je n’écrIs jamais de commentaires normalement mais ce n’est pas parce que je ne vous lis pas à chaque fois. Mais cette fois c’est différent. Vous avez réalisé un exploit que peu de personnes feront au cours de leur vie. Ce seront des souvenirs impérissables que vos enfants et vous-même vous nous avez permis de vivre. C’est fantastique et merci. Maintenant bonne route de retour et que les problèmes se tiennent très très loin de vous. Soyez prudents. On a hâte de vous revoir en chair et en os. Pas juste en photo 😊👍

  2. Il est merveilleux de voir le bonheur que vous dégagez sur vos photos. Vous avez atteint le bout d’une route, d’un parcours qui est un rêve devenu réalité, mais cette réalité va faire naître un et même plusieurs autres rêves dans votre famille de trotteux. Le chemin du retour sera certainement rempli encore de découvertes. Profitez et ayez du plaisir encore et encore

  3. Je suis très heureux avec la famille de constater que votre objectif est enfin réalisé après de années de rêve et de préparation… Beaucoup de gens vous diront que vous êtes chanceux, mais ils oublient tout ce que ça coûté comme sacrifice…Tous ces souvenirs sont gravés à jamais dans votre mémoire… Je vous dis BRAVO.. Quelle école de vie pour les enfants… Bonne suite sur le chemin du retour… KLOD

  4. Bravo pour la réalisation de ce rêve ! Oui, ça mérite du champagne 🍾 🥂. Aussi, nous devons dire que votre crabe nous a fait saliver ….il est énorme. À bientôt xxx

  5. Autant ce très long voyage m’a inquiétée quand vous en avez parlé la première fois autant je suis fière de votre persévérance pour atteindre votre but:c’est tout un exploit.Tous ces magnifiques paysages,toutes les belles découvertespartagés avec nous resteront gravés dans nos cœurs:imaginez pour vous. Un grand merci d’avoir montré tous ces beaux tableaux.J’ai hâte d’en discuter avec vous. J’en sors plus connaissante et très impressionnée de votre débrouillardise. Bravo à vous quatre.

  6. WOW bravo à la belle famille de trotteux, vous êtes impressionnants et inspirants. Bon retour….

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci pour votre commentaire, il nous fait toujours plaisir vous lire.