Le Chili – centre, côte et sud

 

Depuis notre entrée en Argentine, nous avons pris un rythme de voyage beaucoup plus lent. Nous nous rapprochons plus des vacances que du voyage découverte à fond. Heureusement, cela c’est perpétué au Chili, mais malheureusement, cela se répercute sur la fréquences des articles sur le blog.

Notre entrée au Chili se fait dans un grande facilité. Pour ne pas avoir de problème, nous avons prévu le coup en cuisinant les aliments frais que nous avions.

 

Par contre, notre première nuit en terre chilienne ne se déroule pas aussi rondement que le passage de la frontière. Normalement, lorsque nous arrivons dans une ville, nous trouvons rapidement un endroit sécuritaire, mais cette fois c’est tout autre. Nous sommes à San Felippe, une ville de +/- 50 000 âmes. Nous patrouillons la ville à la recherche d’un lieu où nous avons l’autorisation d’y passer la nuit. Personne ne peut ou ne veut nous aider, pas même la police. Après 3 heures de recherche dans cette petite ville, nous nous arrêtons dans une station Shell qui accepte (avec un grand sourire) notre demande. Nous espérons que cela ne sera pas présage pour le reste de notre parcours chilien.

 

Le lendemain, nous nous dirigeons vers la côte afin de visiter une ville d’artistes, Valparaiso. Par contre, comme nous savons que plusieurs voyageurs se sont fait dévaliser ou carrément voler leur maison roulante, nous décidons de laisser notre casa rodante dans un camping et s’y rendre en transport en commun. Dans le but d’économiser un peu d’$, nous passons toutefois la nuit  précédante dans une station d’essence pour laquelle nous avons vu sur l’Internet de bons commentaires. Prenant nos précautions et avant de nous installer, nous demandons aux employés si le lieu est sécuritaire et calme pour y passer la nuit. On nous dit alors que le lieu est parfaitement sécuritaire, mais puisque nous sommes vendredi, quelques jeunes y viendront pour parler et montrer leur voiture. Pour nous ‘’quelques ‘’ voitures signifie 10 à 15… Nous décidons donc de nous installer, fiers encore une fois, d’économiser quelques $. Dormant paisiblement, nous entendons vers 23:00 des moteurs hurlant à tout rompre, atteignant le coupe feu et les bruits de crissements de pneus sur l’asphalte. En ouvrant légèrement les rideaux, on aperçoit que ‘’quelques’’ autos est en fait 100 à 150 voitures comportant 2 à 4 personnes à bord. Cette belle jeunesse chilienne s’amuse aussi à fait des ‘’starts’’ et des ‘’donuts’’ à nos côtés. Nous avons nullement peur de nos brillants voisins, mais lorsque l’un d’eux passe à environ 2 mètres de notre campeur, en nous garochant de la garnotte au passage, nous décidons de lever le camp (une première en plus de 6 mois) et allons nous installer de l’autre côté de la station service.

 

Le lendemain matin, avec quelques heures de sommeil en moins, nous stationnons notre campeur dans un camping et nous prenons le bus en direction de Valparaiso. Cette ville est cahotiquement organisée, sale et resplendissante de couleurs, bref une ville remplie d’opposées et de contrastes.

 

Nous déambulons dans les rues et ruelles toutes peintes par ses habitants et nous sentons l’ambiance toute particulière qui y règne. À chaque tournant de ruelles, nous sommes émerveillés. La ville a une autre particularité, elle compte plusieurs funiculaires aidant à gravir les escarpements.

À l’heure du lunch, nous nous gâtons un brin. Puisque le coût de la vie est sensiblement le même qu’à la maison, nous avons réduit grandement les diners au resto, mais cette fois on ne passe pas à côté! Nous dégustons un succulent repas qui ravit toute la famille. L’entrée, une terrine de crevettes, vole la vedette.

Nous passons une agréable et mémorable journée.

 

Ça c’est frette!
Une pensée pour le Pirate du Rocher Blanc
Une autre pensée pour notre voisine chasseuse d’aubaines, elle se reconnaîtra
Avec une tête de même, je me sens artiste moi aussi!!

 

De Valparaiso, nous longeons la côte afin de profiter des chauds rayons du soleil. Nous trouvons une magnifique plage de sable noir d’une propreté remarquable et où nous sentons que les habitants sont financièrement aisés. En jetant un oeil sur la pancarte des règles, cela confirme bien que nous ne sommes plus au Pérou!!

 

 

Plus bas sur la côte, nous nous arrêtons sur une autre plage, cette fois sauvage et aux vagues gigantesques. Les enfants profitent de l’absence de règles pour ériger une cabane digne du Rocher-Blanc. L’air est bon, l’air est pure, nous nous sentons à Rimouski.

 

Ça sent RIMOUSKIIIIIIIIII

 

Au moment où nous sommes attablés, un camping car arborant les couleurs de l’hexagone se pointe vers nous. Simon Loc s’exclame: « C’est les Français!!! ». Les Français sont en réalité la famille Cuvilier, famille résidant en Martinique que nous avions croisé en Colombie et au Pérou. Les 2 filles Cuvilier ont quasi le même âge que Simon Loc et Flavie. C’est avec beaucoup de plaisir pour les petits et les grands que nous nous retrouvons.

Au lendemain, après un bon moment de jeux dans le sable, nous décidons de nous donner un rendez-vous en fin de journée sur une autre plage plus au sud.

 

 

Après une bonne soirée BBQ, nous quittons la côte et nos amis Cuvilier pour nous diriger vers une région chilienne qui regorge de lacs, volcans (pour la plupart actifs) et parcs nationaux.

Quel bonheur encore une fois de se retrouver en pleine nature, dans le parc national de Conguillo, au bord d’un magnifique lac surplombé de montagnes enneigées. Nous en profitons pour nous délier les jambons et faire une randonnée.

 

 

De là, nous nous dirigeons vers une région fort touristique (et y’a de quoi) dans les villes  de Villarica et Pucòn. Celles-ci sont situées au bord du lac Villarica et sont surplombées du Volcan du même nom, volcan fumant au cône parfait.

 

Hey, Ça fume !!

 

Toujours pas rassasiés de randonnée, nous allons dans le parc National de Huerquehue qui est semble-t-il un des plus beau du Chili. Hormis les volcans, ce parc nous rappelle la Mauricie, avec son beau grand lac entouré de forêt mixte.

 

C’est ce que l’on appelle « avoir l’esprit tordu »
Stigmates de randonnée version Flavie
Simon Loc est fier de son nouveau sac de rando

 

Les montages, volcans et parc nationaux ne sont pas les seuls attraits de la région. Qui dit activité volcanique et abondance d’eau dit aussi sources thermales!! C’est ce que nous découvrirons dans les prochaine jours!

Nous prendrons ensuite la direction de l’Île de Chloé, réputée pour ses splendides paysages.

 

 

Notre parcours chilien:

 

Notre route en Amérique du Sud:

 

 

Notes:

  • Notre arrivée en terre chilienne nous a permis de faire le plein de « PROPANO » directement à la pompe d’une une station. Quel bonheur!
  • Un côté moins glamour du voyage en motorisé: plusieurs d’entre vous peuvent se demander où nous faisons la vidange des fosses d’eau usées dans des pays qui n’ont pratiquement pas d’infrastructures sanitaires?? Hé bien, on se trouve un endroit loin des lieux habités et des cours d’eau, et on redonne à la nature, sous forme d’engrais, ce qu’elle nous a donné. C’est peu ragoutant, mais c’est aussi ça la vie!

 

  • À lattitude inverse, on se raproche de la maison.

10 commentaires à propos de “Le Chili – centre, côte et sud

  1. Je me rappelle le parc Huerquhue avec ses trois lacs et de magnifiques galettes faites avec des fruits locaux dont je n’ai jamais trouvé le nom….vous agrémentez notre hiver….l’île Chiloé est magnifique…il faut aller à la fin de la plus longue autoroute du monde et voir les villages de pêcheurs sur pilotis…merci de ces beaux et instructifs compte-rendus. Bonne route vous entrez dans un pays où j’ai passé 2 mois…ne manquez pas le parc Torres del Paine. ..une splendeur avec ses trois montagnes phalliques et son glacier (j’espère qu’il est encore là. Au plaisir de vous lire bientôt. …

  2. Oui vraiment intéressant ces récits de voyage nous permettant de voyager un peu avec vous. Grâce à vos vidanges d’eaux usées dans la nature cela vous permettra de dire « qu’il y a un peu de vous autres dans ces pays » dont la végétation sera engraissée par vous.

    1. Ha ha ha effectivement! 100% bio et surtout sans produits chimiques de traitement des eaux usées?

      😉

  3. Les parcs nationaux sont d’une telle beauté 😮! La petite famille semble bien s’amuser. Nous nous imaginons bien la scène avec les 100-150 voitures de jeunes qui font des donuts …oui, vous avez bien fait de quitter ce lieu. Aussi, nous trouvons les plages très belles au Chili. Nico vous remercie encore pour les souhaits d’anniversaire. Il vous a trouvé d’une grande générosité de prendre le temps, lors de vos déplacements , pour le faire. Nous vous souhaitons du bon temps au Chili. Profitez de votre séjour les amis! Xxx

  4. Bonjour les voyageux… Merci pour cet autre récit…Vous avez fait les 2/3 de la côte ouest et descendant vers le sud… Bravo aux bâtisseurs de cabane avec les moyens du bord…Toutes vos photos m’émerveillent et vos récits me passionnent…. J’espère que votre nouvelle caméra nous donnera de belles choses… BYE KLOD

  5. Bravo je suis fier de vous autres ses pas n’importe quoi ce que vous faites la … Enfin mission accomplie vous m’avez trouver un hopitale qui va avec moi XXX je vous aime soyez prudent XXX

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci pour votre commentaire, il nous fait toujours plaisir vous lire.