Cusco, la vallée sacrée et le Machu Picchu

Depuis le début de notre périple en Amérique du sud, nous pestons contre les grandes villes. Mais cette fois, nous tombons sous le charme de Cusco. Malgré une population de près de 900 000 habitants, elle est surprenante par sa tranquillité. Les klaxons des voitures ne se font pratiquement pas entendre car une loi en interdit l’utilisation. Cela assure donc un calme relatif. De plus, la vieille ville est en grande partie réservée aux piétons. Après avoir roulé dans des rues tout juste plus larges que notre véhicule, nous nous stationnons dans un camping en surplomb de Cusco.  De cet endroit, nous pouvons atteindre la vieille ville en une vingtaine de minutes de marche.

 

Nous avons roulé dans cette rue et il ne restait que quelques cm entre les miroirs et les murs des bâtiments. C’était très serré pour passer!!

 

La grande place domine deux cathédrales construitent au début de la colonisation. Afin de réaliser ces constructions, les espagnols ont détruit une forteresse Inca pour en utiliser les pierres volcaniques.

 

 

Une des attractions coup-de coeur de notre guide de voyage était de déguster un chocolat chaud Inca (épicé aux piments de cayenne) au Choco Museo. Il n’en fallait pas plus pour les épicuriens que nous sommes! Les enfants ont adoré préparer eux-mêmes leur breuvage.

 

 

L’un des premiers lieux incontournables placé sur notre itinéraire en Amérique du Sud était le Machu Picchu. Lors de notre jeunesse, nous avions tant rêvé de découvrir cet endroit en regardant les émissions des Mystérieuses cités d’or.

Pour s’y rendre, nous parcourons une partie de la Vallée Sacré qui relie principalement Cusco, Ollantaytambo puis Vilcabamba (la Cité d’Or perdu dans la jungle).

Nous nous arrêtons à Ollantaytambo. Ce village est dominé par deux imposantes ruines Incas situées à flanc de montagne. Nous nous baladons dans ses étroites ruelles pavées et nous nous reposons par le murmure des canaux d’irrigation de celles-ci.

 

 

Nous partons tôt le lendemain matin afin d’éviter les nombreux bus touristiques en direction du Machu Picchu. Nous avons décidé de parcourir une trentaine de kilomètres de route de terre et de roches afin d’atteindre le village de Santa Teresa. Santa Teresa est le dernier village avant d’atteindre Hydro Electrica, point de départ de notre randonnée vers Aguas Calientes (village Machu Picchu).

Nous savions que cette route serait assez difficile en raison de son étroitesse et du fait qu’elle est à flanc de montage. Nous savions aussi qu’en raison des fortes pluies des derniers jours, il se pouvait que nous ayons à faire face à des éboulis de roches. Tout allait rondement jusqu’au kilomètre 4 avant d’atteindre notre destination: une énorme éboulis de roches traverse la route. Yanic hésite grandement à la traverser car le dénivelé de celle-ci est important mais nous nous risquons quand même (lorsque nous entamons une montée abrupte par rapport à la route, nous risquons que l’arrière du motorisé touche le sol en raison du porte à faux entre les roues et le par-choc arrière). Stéphanie sort et surveille la situation de l’arrière. À peine grimpés sur l’amoncellement de roches, Stéphanie réclame l’arrêt de la procédure! Yanic sort pour évaluer la situation. Les roches sont à quelques millimètres de toucher! Nous installons des madriers de bois devant les roues arrières afin d’adoucir le dénivelé. Répétant l’exercices à quelques reprises, retirant plusieurs roches et soutirant toute la puissance du moteur, nous réussissons finalement à passer cet obstacle et atteignons le village de Santa Teresa!

 

C’est là que ça ce corse!

 

Ce pueblo offre peu d’attrait, si ce n’est qu’il se situe sur la route pour Hydro Electrica. Enfin, peu d’attrait ne veut pas dire aucun attrait… En effet, en contre-bas de Santa Teresa, il y a une magnifique source thermale comportant 4 bassins d’eau chaude et cristalline. Nous y allons afin d’évacuer le stress accumulé par la route.

 

 

Tôt le lendemain matin, nous prenons un taxi pour atteindre Hydro Electrica qui marque le début des 11km de randonnée pour atteindre Aguas Calientes. Ce village n’est accessible que par train ou par la marche le long du chemin de fer. Cette randonnée nous permet d’admirer de magnifiques paysages et de voir les mythiques ruines Incas depuis la vallée. Flavie et Simon Loc, tout comme les parents, ont adoré leur balade. D’autant plus qu’un joli chien nous a accompagné sur une bonne partie du trajet. Après avoir visité ce village, nous gagnons tôt notre lit afin de récupérer nos forces pour la visite du lendemain.

 

un petit repos avec notre chien suiveur
Terrasses agricoles occidentales de Machu Picchu
Hutte du Gardien du Rocher Funéraire vue de la vallée

 

Le Machu Picchu:

 

Contrairement à la plupart des sites Incas, le Machu Picchu n’a pas été détruit par les troupes de Francisco Pizarro. Lorsque ce dernier attaqua Cusco, les habitants du Machu Picchu en ont été informés en quelques heures seulement grâce à leur système de messagers à pied. Ils décidèrent alors de détruire les ponts de la route des Incas afin de ralentir la progression des troupes espagnoles. Arrivant de Cajamarca, Pizarro avait remarqué que les routes s’élargissaient au fur et à mesure qu’il s’approchait de la ville de Cusco. Puisque la route manant au Machu Picchu était étroite et difficile à parcourir, Pizarro a cru que cette cité n’avait pas d’importance et décida de ne pas s’y rendre.

Avant de quitter leur village, les Incas ont enterré la majeure partie des bâtiments et objets. Tous les Incas ont gardé le secret de l’existence de ce lieu de grande importance pour leur culture. Le secret a tellement bien été gardé que le village a sombré dans l’oublis jusqu’à l’arrivée d’un archéologue de l’université de Yale le redécouvre à la fin des années 1911.

N’ayant pas été détruit par les espagnols, le site est tout simplement magnifique. Nous nous baladons aux travers des nombreux bâtiments et temples. La seule partie manquante aux ruines est la partie organique (les toits de chaume et les structures en bois), le reste est pratiquement intact.

 

 

À un certain moment, le site semble coupé en deux.  Un espace sans construction sépare les nombreux remparts servant à la culture en terrasse de la partie urbaine. Lors de notre visite guidée, nous apprenons que les Incas avaient identifié avec précision que cette partie était instable en raison d’une faille géologique. Il était donc préférable de ne rien y construire.

 

Faille géologique

 

La partie urbaine renferme plusieurs temples. Le temple du Soleil est facilement remarquable car il est le seul à avoir une façade arrondie. Lorsque le soleil pénétrait dans le temple par ses fenêtres, cela indiquait les solstices d’été et d’automne (pour les récoltes). Ce temple est aussi perché sur un roché qui surplombe le tombeau royal.

 

Temple du soleil et tombeau royal
Tombeau royal

 

Nous nous promenons dans les petites rues et ruelles découvrant ainsi le très efficace système d’irrigation permettant l’écoulement de l’eau. Nous découvrons aussi un système pour verrouiller les portes.  Finalement, nous atteignons le temple aux Trois Fenêtres situé en haut de la ville. Ce temple, dont la construction était toujours en cours lorsque les Incas ont quitté la ville, donne une vue splendide sur les montagnes voisines. Les linteaux des fenêtres pèseraient plus de 3 tonnes et sont parfaitement ajustés. On remarque que la pierre a été sculptée pour former la silhouette des montages voisines. Non loin, une pierre représente la partie supérieure de la Croix Inca. Au moment du solstice d’été, la partie inférieure de la croix est formée par l’ombre de la partie supérieure lorsque les rayons du soleil pénètrent au travers de la fenêtre centrale du temple.

 

Verrou de porte
Verrou de porte
Marches sculptées à même les rochers.
Partie supérieure de la croix Inca
Roche à droite qui représente la montagne derrière.

 

Nous poursuivons notre visite dans le secteur résidentiel et industriel de la ville. Finalement, nous atteignons le secteur dédié à l’enseignement du savoir Inca. Un bâtiment était réservé à l’étude des astres. On observait le soleil en utilisant le reflet de ce dernier dans de petits bassins de pierre rempli d’eau. Par cette méthode, on pense que les Incas pouvaient observer les éclipses solaires.

 

Terrasses agricoles
Temple aux trois fenêtres

 

Nous terminons notre visite par un repos méditatif afin de s’imprégner entièrement de cette merveilleuse et mythique Cité de Machu Picchu.

 

 

La randonnée du retour s’est fait tout aussi bien qu’à l’aller tout en sachant qu’un bon bain thermal nous attendait de nouveau.

Lors de notre séjour à Cusco, nous avons rencontré un couple français, Marion et Daniel, retraités depuis quelques années. Nous les avons de nouveau croisé au Machu Picchu Pueblo, lors de notre visite des ruines ainsi qu’aux bains thermaux. Leur énergie et joie de vivre nous a vite charmé. Ils parcourent les routes sud-américaines à bord d’un camping car fabriqué spécialement pour eux. En février-mars prochain, ils prendront ensuite la direction de Le Cap – Afrique du sud. Ce couple est un beau modèle à suivre et leur façon de vivre nous inspire!

 

 

Avant notre entrée en Bolivie, nous prenons notre ultime direction péruvienne: Puno, aux berges du Lac Titicaca.

 

Notre parcours:

 

4 commentaires à propos de “Cusco, la vallée sacrée et le Machu Picchu

  1. Vos photos du Machu Picchu sont magnifiques! Wow! Que c’est beau! Quel beau lieu pour vous ressourcer. Salutations à toute la petite famille de nous deux!

  2. Bonjour les voyageurs,
    Vos photos sont toujours magnifiques…C’est la première fois que j’ai une telle vue d’ensemble de ce que sont les paysages du Machu Picchu…Après une longue marche, quel bonheur de se détendre dans les eaux thermales…La sinuosité des routes et leur étroitesse donnent le vertige… Ce voyage,quelle richesse….et quelle culture pour toute la famille… Profitez-en au max…………………….. Bte KLOD

  3. Encore une fois un récit captivant agrémenté de photos à couper le souffle. Vous faites des jaloux dans l’autre hémisphère. Content de voir que tout se passe bien. Continuez de nous tenir informés. Ça fait rêver!
    André

  4. Oh La La c’est merveilleux de voir et de vous voir dans ces lieux mythiques dont on se sent plus proche à travers vos images et vos mots.
    LouLou et PP

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci pour votre commentaire, il nous fait toujours plaisir vous lire.